National Vocation QualificationCréées dans les années 90, les NVQ (Natio­nal voca­tio­nal qua­li­fi­ca­tions) et GNVQ (Gene­ral NVQ) sont des cer­ti­fi­ca­tions natio­na­les qui se veu­lent garan­tes d’une uni­ci­té et d’une cer­tai­ne trans­pa­ren­ce sur le mar­ché de la for­ma­tion pro­fes­sion­nel­le.

Que sont les NVQ ?
Les NVQ cor­res­pon­dent à des qua­li­fi­ca­tions expli­ci­tées en ter­mes de com­pé­ten­ces par rap­port à des situa­tions de tra­vail. Elles visent à éta­blir la capa­ci­té effec­ti­ve d’un sala­rié (avec la maî­tri­se des connais­san­ces et des com­pé­ten­ces néces­sai­res) à fai­re face à une situa­tions de tra­vail. Les NVQ sont éta­blis sur la base de réfé­ren­tiels natio­naux d’activité.

Ces réfé­ren­tiels, ou stan­dards, font la lis­te des capa­ci­tés dont font preu­ve les per­son­nes recon­nues com­me com­pé­ten­tes dans une situa­tion pro­fes­sion­nel­le don­née. Ils pren­nent en comp­te tous les aspects com­me la connais­san­ce des meilleurs pra­ti­ques, l’adaptabilité à de nou­vel­les situa­tions et le juge­ment qui sous-tend le bon niveau de per­for­man­ce. Les NVQ n’ont pas à être obte­nus dans un temps don­né. Ils peu­vent être pré­pa­rés par des sala­riés ou par des étu­diants en sta­ge. aucu­ne contrain­te d’âge et de com­pé­ten­ces préa­la­ble n’est fixée.

Com­ment obtient-on les NVQ ?
NVQ sont obte­nus par une éva­lua­tion et un appren­tis­sa­ge. L’évaluation se fait au tra­vers d’une obser­va­tion en situa­tion et d’un ques­tion­ne­ment. Les can­di­dats sont cen­sés appor­tés des preu­ves de leur com­pé­ten­ce en rap­port avec les réfé­ren­tiels des NVQ. Les éva­lua­teurs vali­dent les uni­tés lorsqu’ils esti­ment que les can­di­dats sont prêts. Ils pro­cè­dent à des tests pour s’assurer que les savoirs la com­pré­hen­sion et les capa­ci­tés effec­ti­ves indui­sent effec­ti­ve­ment une capa­ci­té en situa­tion de tra­vail.

(Cefi.org)

1. Les qualifications professionnelles en Grande Bretagne

1.1. La réforme des qualifications professionnelles en Grande-Bretagne

En 1986 a été créé en Gran­de-Bre­ta­gne, en vue de réfor­mer le sys­tè­me des qua­li­fi­ca­tions pro­fes­sion­nel­les, le Natio­nal Coun­cil for Voca­tio­nal Qua­li­fi­ca­tions ou NCVQ (Conseil natio­nal pour les qua­li­fi­ca­tions pro­fes­sion­nel­les).

C’est un orga­nis­me public sous la tutel­le de l’Employment Depar­te­ment ou ED (Minis­tè­re de l’Emploi) et du Depart­ment for Edu­ca­tion ou DFE (Minis­tè­re de l’Education) ain­si que de deux autres minis­tè­res aux res­pon­sa­bi­li­tés régio­na­les, le Wel­sh Offi­ce (Minis­tè­re char­gé du pays de Gal­les) et le Nor­thern Irland Offi­ce (Minis­tè­re char­gé de l’Irlande du Nord). La majo­ri­té des mem­bres du NCVQ sont des employeurs, mais y sont éga­le­ment pré­sents des res­pon­sa­bles syn­di­caux et des repré­sen­tants de l’enseignement post-sco­lai­re, supé­rieur et pro­fes­sion­nel.

Le NCVQ fut créé à la sui­te de la publi­ca­tion d’un rap­port sur les qua­li­fi­ca­tions pro­fes­sion­nel­les, qui concluait que des mesu­res urgen­tes s’imposaient pour obte­nir ? :

  • un plus grand nom­bre de per­son­nes mieux qua­li­fiées dans la main d’œuvre du pays ;
  • des qua­li­fi­ca­tions basées direc­te­ment sur les niveaux d’aptitude requis au tra­vail ;
  • un sys­tè­me de qua­li­fi­ca­tions ration­nel et sim­pli­fié à l’échelle natio­na­le ;
  • une meilleu­re qua­li­té et uni­for­mi­té dans l’évaluation et la vali­da­tion ;
  • une réduc­tion du fos­sé entre les qua­li­fi­ca­tions aca­dé­mi­ques et pro­fes­sion­nel­les.

Dans sa réfor­me du sys­tè­me de qua­li­fi­ca­tions bri­tan­ni­ques, le NCVQ a cher­ché à fai­re en sor­te que les qua­li­fi­ca­tions :

  • ne fas­sent pas obs­ta­cle à l’accès et à la pro­gres­sion et soient à la dis­po­si­tion de tous ceux qui sont capa­bles d’atteindre les résul­tats néces­sai­res, quel­les que soient les métho­des employées ;
  • encou­ra­gent l’apprentissage tout au long de la car­riè­re en pous­sant les indi­vi­dus à amé­lio­rer leurs com­pé­ten­ces pro­fes­sion­nel­les, et recon­nais­sent tou­tes les com­pé­ten­ces et connais­san­ces acqui­ses durant la vie acti­ve ;
  • tien­nent comp­te des futurs besoins en matiè­re de tech­no­lo­gie, de mar­chés et de sché­mas de l’emploi, et consti­tuent une base sai­ne à la trans­fé­ra­bi­li­té entre les divers sec­teurs d’activité ;
  • amé­lio­rent et élar­gis­sent les débou­chés d’éducation pro­fes­sion­nel­le pour les jeu­nes avant leur entrée sur le mar­ché du tra­vail.
1.2. Les National Vocational Qualifications et les normes nationales

Cet­te réfor­me s’est tra­dui­te par la créa­tion des Natio­nal Voca­tio­nal Qua­li­fi­ca­tions (Qua­li­fi­ca­tions pro­fes­sion­nel­les natio­na­les) qui :

  • sont basées sur des nor­mes de per­for­man­ce natio­na­les, les­quel­les sont spé­ci­fiées indé­pen­dam­ment de la métho­de, de la durée ou du lieu d’apprentissage ;
  • met­tent l’accent sur les résul­tats plu­tôt que sur les métho­des d’apprentissage, ce qui reflè­te la néces­si­té de baser fer­me­ment les qua­li­fi­ca­tions sur les besoins de l’emploi.

Les nor­mes de per­for­man­ces natio­na­les sont déri­vées de l’analyse des tâches pro­fes­sion­nel­les. Elles doi­vent être suf­fi­sam­ment géné­ra­les pour :

  • per­met­tre une gran­de sou­ples­se de leur emploi,
  • amé­lio­rer la pos­si­bi­li­té de trans­fé­rer ses com­pé­ten­ces dans d’autres contex­tes,
  • avoir la flexi­bi­li­té néces­sai­re pour répon­dre aux situa­tions de chan­ge­ment au sein des orga­ni­sa­tions.

Les nor­mes de cha­que NVQ sont pré­sen­tées sous la for­me d’une « à décla­ra­tion de com­pé­ten­ce » répar­tie en plu­sieurs « à  uni­tés». Les uni­tés consti­tuent les com­po­san­tes des NVQ ; elles sont géné­ra­le­ment spé­ci­fiées en ter­mes de tâches pro­fes­sion­nel­les indé­pen­dan­tes (dis­tinc­tes). Dans cha­que uni­té, la des­crip­tion détaillées des nor­mes est pré­ci­sée de la maniè­re sui­van­te :

  • les élé­ments de com­pé­ten­ce, ou les tâches qu’une per­son­ne devrait être capa­ble d’exécuter au tra­vail ;
  • les cri­tè­res de per­for­man­ce, don­nant des indi­ca­teurs d’évaluation de la per­for­man­ce cor­res­pon­dant à la nor­me requi­se ;
  • la gam­me, indi­quant la varié­té des contex­tes dans les­quels la com­pé­ten­ce est appli­quée et le degré de trans­fé­ra­bi­li­té.

Dénomination de la NVQ

Le sché­ma sui­vant expli­ci­te les élé­ments consti­tu­tifs des « à preu­ves » à recueillir lors du pro­ces­sus d’évaluation et de vali­da­tion des com­pé­ten­ces. Cli­quez sur l’image pour l’agrandir.

Preuves de compétence

Cha­que fois que des acti­vi­tés ou fonc­tions sont com­mu­nes à plu­sieurs NVQ, la trans­fé­ra­bi­li­té est assu­rée par l’emploi d’unités com­mu­nes. Pour encou­ra­ger un champ de com­pé­ten­ce impor­tant plu­tôt qu’un ensem­ble de tâches décou­sues, les com­pé­ten­ces de pla­ni­fi­ca­tion et d’organisation (ges­tion des tâches), l’aptitude à fai­re face à l’imprévu (ges­tion des impré­vus) et l’adaptabilité à divers envi­ron­ne­ments de tra­vail et dif­fé­rents rôles sont inclu­ses dans les nor­mes. De plus en plus, on intro­duit dans les NVQ une gam­me d’aptitudes essen­tiel­les qui sont pré­sen­tes dans tou­tes les acti­vi­tés pro­fes­sion­nel­les. Le nom de cha­que NVQ indi­que à la fois le domai­ne de com­pé­ten­ce auquel se rap­por­te la qua­li­fi­ca­tion et le niveau de la NVQ.

Les dif­fé­ren­tes NVQ sont clas­sées selon une grille qui com­prend cinq niveaux maxi­mum et qui s’appuie sur des cri­tè­res tels que : l’étendue des com­pé­ten­ces, la com­plexi­té des com­pé­ten­ces, le degré de trans­fé­ra­bi­li­té des com­pé­ten­ces dans des contex­tes ou des envi­ron­ne­ments de tra­vail dif­fé­rents, la capa­ci­té d’innover et de fai­re face à des situa­tions non rou­ti­niè­res, la capa­ci­té de pla­ni­fier et d’organiser son tra­vail, la capa­ci­té de super­vi­ser le tra­vail des autres, etc.

1.3. Le rôle des organismes responsables et des organismes juges

Pour garan­tir que les qua­li­fi­ca­tions cor­res­pon­dent aux tâches, des orga­nis­mes appe­lés lead bodies (orga­nis­mes res­pon­sa­bles), qui repré­sen­tent les inté­rêts pro­fes­sion­nels, jouent un rôle cru­cial dans le déve­lop­pe­ment des NVQ en défi­nis­sant et pos­sé­dant les nor­mes. Il exis­te envi­ron 150 orga­nis­mes res­pon­sa­bles englo­bant tous les prin­ci­paux sec­teurs d’activité. Cha­cun d’entre eux est diri­gé par des employeurs tra­vaillant en asso­cia­tion avec des repré­sen­tants des orga­nis­mes syn­di­caux et des repré­sen­tants du sys­tè­me d’éducation et de for­ma­tion. Beau­coup des orga­nis­mes res­pon­sa­bles ont éga­le­ment le sta­tut d’Industry Trai­ning Orga­ni­sa­tions (Orga­ni­sa­tions de for­ma­tion pro­fes­sion­nel­les de l’industrie), qui for­mu­lent l’évolution futu­re des besoins en com­pé­ten­ces et de la for­ma­tion dans leurs sec­teurs. Cela ren­for­ce l’aspect pra­ti­que de l’approche et encou­ra­ge les employeurs à asso­cier leurs efforts de for­ma­tion aux NVQ.

Les orga­nis­mes res­pon­sa­bles tra­vaillent en asso­cia­tion avec les orga­nis­mes juges au déve­lop­pe­ment des qua­li­fi­ca­tions. Le rôle de l’awar­ding body (orga­nis­me juge) est de four­nir des sys­tè­mes per­met­tant :

  • d’évaluer les can­di­dats par rap­port aux nor­mes natio­na­les,
  • d’effectuer des contrô­les d’assurance de qua­li­té,
  • d’examiner et de vali­der les résul­tats des can­di­dats.

Pour garan­tir la trans­pa­ren­ce et un degré éle­vé d’uniformité dans le fonc­tion­ne­ment des orga­nis­mes juges, le NCVQ est par­ve­nu à un accord avec les prin­ci­paux orga­nis­mes juges au niveau de la ter­mi­no­lo­gie, des nor­mes pour les exa­mi­na­teurs et des pro­cé­du­res d’assurance de qua­li­té et de contrô­le.

Les sept étapes du développement d’une NVQ
1ère étape

Un orga­nis­me res­pon­sa­ble est créé afin de repré­sen­ter un sec­teur pro­fes­sion­nel. Ses mem­bres com­pren­nent des employeurs, des employés, des orga­nis­mes pro­fes­sion­nels, etc…

2ème étape

L’organisme res­pon­sa­ble éta­blit les nor­mes de com­pé­ten­ce qui consti­tue­ront une NVQ. Une consul­ta­tion a lieu au sein de l’industrie afin de fai­re en sor­te que les nor­mes pro­po­sées répon­dent à ses besoins.

3ème étape

L’organisme juge s’associe à l’organisme res­pon­sa­ble afin de met­tre au point la métho­de d’évaluation des can­di­dats et les mesu­res d’assurance de qua­li­té de maniè­re à ce que les nor­mes pro­po­sées puis­sent être déli­vrées sous for­me de qua­li­fi­ca­tion.

4ème étape

Le NCVQ véri­fie que les qua­li­fi­ca­tions pro­po­sées cor­res­pon­dent à ses cri­tè­res.

5ème étape

Un contrat est conclu entre le NCVQ et un orga­nis­me juge afin de met­tre la NVQ à la dis­po­si­tion du public et de l’ajouter à la base de don­nées du NCVQ.

6ème étape

Cha­que NVQ reçoit une accré­di­ta­tion pour une durée de cinq ans maxi­mum. Durant cet­te pério­de, les orga­nis­mes juges sont ins­pec­tés par le NCVQ afin de véri­fier que le diplô­me déli­vré est confor­me aux cri­tè­re de la NVQ.

7ème étape

L’organisme res­pon­sa­ble réexa­mi­ne les nor­mes et la struc­tu­re de la NVQ afin de les met­tre à jour.

A la fin de la pério­de assi­gnée, les orga­nis­mes juges sou­met­tent une deman­de de ré-accré­di­ta­tion pour la NVQ. Le NCVQ pas­se en revue la per­for­man­ce de l’organisme et, avant de renou­ve­ler son contrat, véri­fie que les nor­mes mises à jour par l’organisme res­pon­sa­ble sont adop­tées.

1.4. Evaluation et vérification dans le système NVQ

L’évaluation dans le cadre des NVQ doit être soli­de et fia­ble afin de fai­re en sor­te que la nor­me natio­na­le puis­se être obte­nue au tra­vail. Pour cela, il faut :

  • exa­mi­ner les ren­sei­gne­ments ras­sem­blés sur les résul­tats de l’individu dans la décla­ra­tion de com­pé­ten­ce,
  • en se basant sur une spé­ci­fi­ca­tion de la for­me et de la qua­li­té des résul­tats exi­gés pour cha­que élé­ment de com­pé­ten­ce conve­nue entre l’organisme res­pon­sa­ble et l’organisme juge.

Le contrô­le conti­nu revêt une impor­tan­ce tou­te par­ti­cu­liè­re, et les can­di­dats se voient don­ner tou­tes les occa­sions de prou­ver leur com­pé­ten­ce. La per­for­man­ce doit être éva­luée dans des condi­tions de tra­vail réa­lis­tes, mais les connais­san­ces et la com­pré­hen­sion peu­vent être contrô­lées sépa­ré­ment. Dans la pra­ti­que, une varié­té de métho­des de contrô­le est uti­li­sée, et l’expérience anté­rieu­re d’un indi­vi­du peut éga­le­ment être pri­se en comp­te.

L’évaluation dans le cadre des NVQ a lieu sous les aus­pi­ces d’assess­ment cen­ters (cen­tres d’évaluation) approu­vés par l’organisme juge cor­res­pon­dant et se confor­mant au contrô­le de qua­li­té exter­ne de cet orga­nis­me. Les cen­tres sont géné­ra­le­ment des éta­blis­se­ments d’enseignement, des orga­nis­mes de for­ma­tion ou des employeurs fai­sant appel à des ensei­gnants, des for­ma­teurs, des super­vi­seurs ou des cadres en tant qu’examinateurs. Pour garan­tir l’uniformité de la qua­li­té, il est deman­dé aux cen­tres d’opérer un sys­tè­me de véri­fi­ca­tion inter­ne, et ils sont eux-mêmes sou­mis à un contrô­le exter­ne par l’organisme juge, sous la for­me d’inspections pério­di­ques, de pré­lè­ve­ments d’échantillons et d’entretiens avec les exa­mi­na­teurs et les can­di­dats.

Processus d'évaluation


Ceci peut aussi vous intéresser

Share This
Free Divi WordPress Theme, Find new Free Android Games at dlandroid24.com