Want create site ? Find Free WordPress Themes and plugins.

National Vocation QualificationCréées dans les années 90, les NVQ (National voca­tio­nal quali­fi­ca­tions) et GNVQ (General NVQ) sont des certi­fi­ca­tions natio­na­les qui se veulent garan­tes d’une unicité et d’une certaine trans­pa­rence sur le marché de la forma­tion profes­sion­nelle.

Que sont les NVQ ?
Les NVQ corres­pon­dent à des quali­fi­ca­tions expli­ci­tées en termes de compé­ten­ces par rapport à des situa­tions de travail. Elles visent à établir la capa­cité effec­tive d’un sala­rié (avec la maîtrise des connais­san­ces et des compé­ten­ces néces­sai­res) à faire face à une situa­tions de travail. Les NVQ sont établis sur la base de réfé­ren­tiels natio­naux d’activité.

Ces réfé­ren­tiels, ou stan­dards, font la liste des capa­ci­tés dont font preuve les person­nes recon­nues comme compé­ten­tes dans une situa­tion profes­sion­nelle donnée. Ils pren­nent en compte tous les aspects comme la connais­sance des meilleurs prati­ques, l’adaptabilité à de nouvel­les situa­tions et le juge­ment qui sous-tend le bon niveau de perfor­mance. Les NVQ n’ont pas à être obte­nus dans un temps donné. Ils peuvent être prépa­rés par des sala­riés ou par des étudiants en stage. aucune contrainte d’âge et de compé­ten­ces préa­la­ble n’est fixée.

Comment obtient-on les NVQ ?
NVQ sont obte­nus par une évalua­tion et un appren­tis­sage. L’évaluation se fait au travers d’une obser­va­tion en situa­tion et d’un ques­tion­ne­ment. Les candi­dats sont censés appor­tés des preu­ves de leur compé­tence en rapport avec les réfé­ren­tiels des NVQ. Les évalua­teurs vali­dent les unités lorsqu’ils esti­ment que les candi­dats sont prêts. Ils procè­dent à des tests pour s’assurer que les savoirs la compré­hen­sion et les capa­ci­tés effec­ti­ves indui­sent effec­ti­ve­ment une capa­cité en situa­tion de travail.

(Cefi.org)

1. Les qualifications professionnelles en Grande Bretagne

1.1. La réforme des qualifications professionnelles en Grande-Bretagne

En 1986 a été créé en Grande-Bretagne, en vue de réfor­mer le système des quali­fi­ca­tions profes­sion­nel­les, le National Council for Vocational Qualifications ou NCVQ (Conseil natio­nal pour les quali­fi­ca­tions profes­sion­nel­les).

C’est un orga­nisme public sous la tutelle de l’Employment Departement ou ED (Ministère de l’Emploi) et du Department for Education ou DFE (Ministère de l’Education) ainsi que de deux autres minis­tè­res aux respon­sa­bi­li­tés régio­na­les, le Welsh Office (Ministère chargé du pays de Galles) et le Northern Irland Office (Ministère chargé de l’Irlande du Nord). La majo­rité des membres du NCVQ sont des employeurs, mais y sont égale­ment présents des respon­sa­bles syndi­caux et des repré­sen­tants de l’enseignement post-scolaire, supé­rieur et profes­sion­nel.

Le NCVQ fut créé à la suite de la publi­ca­tion d’un rapport sur les quali­fi­ca­tions profes­sion­nel­les, qui concluait que des mesu­res urgen­tes s’imposaient pour obte­nir ? :

  • un plus grand nombre de person­nes mieux quali­fiées dans la main d’œuvre du pays ;
  • des quali­fi­ca­tions basées direc­te­ment sur les niveaux d’aptitude requis au travail ;
  • un système de quali­fi­ca­tions ration­nel et simpli­fié à l’échelle natio­nale ;
  • une meilleure qualité et unifor­mité dans l’évaluation et la vali­da­tion ;
  • une réduc­tion du fossé entre les quali­fi­ca­tions acadé­mi­ques et profes­sion­nel­les.

Dans sa réforme du système de quali­fi­ca­tions britan­ni­ques, le NCVQ a cher­ché à faire en sorte que les quali­fi­ca­tions :

  • ne fassent pas obsta­cle à l’accès et à la progres­sion et soient à la dispo­si­tion de tous ceux qui sont capa­bles d’atteindre les résul­tats néces­sai­res, quel­les que soient les métho­des employées ;
  • encou­ra­gent l’apprentissage tout au long de la carrière en pous­sant les indi­vi­dus à amélio­rer leurs compé­ten­ces profes­sion­nel­les, et recon­nais­sent toutes les compé­ten­ces et connais­san­ces acqui­ses durant la vie active ;
  • tien­nent compte des futurs besoins en matière de tech­no­lo­gie, de marchés et de sché­mas de l’emploi, et consti­tuent une base saine à la trans­fé­ra­bi­lité entre les divers secteurs d’activité ;
  • amélio­rent et élar­gis­sent les débou­chés d’éducation profes­sion­nelle pour les jeunes avant leur entrée sur le marché du travail.
1.2. Les National Vocational Qualifications et les normes nationales

Cette réforme s’est traduite par la créa­tion des National Vocational Qualifications (Qualifications profes­sion­nel­les natio­na­les) qui :

  • sont basées sur des normes de perfor­mance natio­na­les, lesquel­les sont spéci­fiées indé­pen­dam­ment de la méthode, de la durée ou du lieu d’apprentissage ;
  • mettent l’accent sur les résul­tats plutôt que sur les métho­des d’apprentissage, ce qui reflète la néces­sité de baser ferme­ment les quali­fi­ca­tions sur les besoins de l’emploi.

Les normes de perfor­man­ces natio­na­les sont déri­vées de l’analyse des tâches profes­sion­nel­les. Elles doivent être suffi­sam­ment géné­ra­les pour :

  • permet­tre une grande souplesse de leur emploi,
  • amélio­rer la possi­bi­lité de trans­fé­rer ses compé­ten­ces dans d’autres contex­tes,
  • avoir la flexi­bi­lité néces­saire pour répon­dre aux situa­tions de chan­ge­ment au sein des orga­ni­sa­tions.

Les normes de chaque NVQ sont présen­tées sous la forme d’une « à décla­ra­tion de compé­tence » répar­tie en plusieurs « à  unités». Les unités consti­tuent les compo­san­tes des NVQ ; elles sont géné­ra­le­ment spéci­fiées en termes de tâches profes­sion­nel­les indé­pen­dan­tes (distinc­tes). Dans chaque unité, la descrip­tion détaillées des normes est préci­sée de la manière suivante :

  • les éléments de compé­tence, ou les tâches qu’une personne devrait être capa­ble d’exécuter au travail ;
  • les critè­res de perfor­mance, donnant des indi­ca­teurs d’évaluation de la perfor­mance corres­pon­dant à la norme requise ;
  • la gamme, indi­quant la variété des contex­tes dans lesquels la compé­tence est appli­quée et le degré de trans­fé­ra­bi­lité.

Dénomination de la NVQ

Le schéma suivant expli­cite les éléments consti­tu­tifs des « à preu­ves » à recueillir lors du proces­sus d’évaluation et de vali­da­tion des compé­ten­ces. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Preuves de compétence

Chaque fois que des acti­vi­tés ou fonc­tions sont commu­nes à plusieurs NVQ, la trans­fé­ra­bi­lité est assu­rée par l’emploi d’unités commu­nes. Pour encou­ra­ger un champ de compé­tence impor­tant plutôt qu’un ensem­ble de tâches décou­sues, les compé­ten­ces de plani­fi­ca­tion et d’organisation (gestion des tâches), l’aptitude à faire face à l’imprévu (gestion des impré­vus) et l’adaptabilité à divers envi­ron­ne­ments de travail et diffé­rents rôles sont inclu­ses dans les normes. De plus en plus, on intro­duit dans les NVQ une gamme d’aptitudes essen­tiel­les qui sont présen­tes dans toutes les acti­vi­tés profes­sion­nel­les. Le nom de chaque NVQ indi­que à la fois le domaine de compé­tence auquel se rapporte la quali­fi­ca­tion et le niveau de la NVQ.

Les diffé­ren­tes NVQ sont clas­sées selon une grille qui comprend cinq niveaux maxi­mum et qui s’appuie sur des critè­res tels que : l’étendue des compé­ten­ces, la complexité des compé­ten­ces, le degré de trans­fé­ra­bi­lité des compé­ten­ces dans des contex­tes ou des envi­ron­ne­ments de travail diffé­rents, la capa­cité d’innover et de faire face à des situa­tions non routi­niè­res, la capa­cité de plani­fier et d’organiser son travail, la capa­cité de super­vi­ser le travail des autres, etc.

1.3. Le rôle des organismes responsables et des organismes juges

Pour garan­tir que les quali­fi­ca­tions corres­pon­dent aux tâches, des orga­nis­mes appe­lés lead bodies (orga­nis­mes respon­sa­bles), qui repré­sen­tent les inté­rêts profes­sion­nels, jouent un rôle crucial dans le déve­lop­pe­ment des NVQ en défi­nis­sant et possé­dant les normes. Il existe envi­ron 150 orga­nis­mes respon­sa­bles englo­bant tous les prin­ci­paux secteurs d’activité. Chacun d’entre eux est dirigé par des employeurs travaillant en asso­cia­tion avec des repré­sen­tants des orga­nis­mes syndi­caux et des repré­sen­tants du système d’éducation et de forma­tion. Beaucoup des orga­nis­mes respon­sa­bles ont égale­ment le statut d’Industry Training Organisations (Organisations de forma­tion profes­sion­nel­les de l’industrie), qui formu­lent l’évolution future des besoins en compé­ten­ces et de la forma­tion dans leurs secteurs. Cela renforce l’aspect prati­que de l’approche et encou­rage les employeurs à asso­cier leurs efforts de forma­tion aux NVQ.

Les orga­nis­mes respon­sa­bles travaillent en asso­cia­tion avec les orga­nis­mes juges au déve­lop­pe­ment des quali­fi­ca­tions. Le rôle de l’awar­ding body (orga­nisme juge) est de four­nir des systè­mes permet­tant :

  • d’évaluer les candi­dats par rapport aux normes natio­na­les,
  • d’effectuer des contrô­les d’assurance de qualité,
  • d’examiner et de vali­der les résul­tats des candi­dats.

Pour garan­tir la trans­pa­rence et un degré élevé d’uniformité dans le fonc­tion­ne­ment des orga­nis­mes juges, le NCVQ est parvenu à un accord avec les prin­ci­paux orga­nis­mes juges au niveau de la termi­no­lo­gie, des normes pour les exami­na­teurs et des procé­du­res d’assurance de qualité et de contrôle.

Les sept étapes du développement d’une NVQ
1ère étape

Un orga­nisme respon­sa­ble est créé afin de repré­sen­ter un secteur profes­sion­nel. Ses membres compren­nent des employeurs, des employés, des orga­nis­mes profes­sion­nels, etc…

2ème étape

L’organisme respon­sa­ble établit les normes de compé­tence qui consti­tue­ront une NVQ. Une consul­ta­tion a lieu au sein de l’industrie afin de faire en sorte que les normes propo­sées répon­dent à ses besoins.

3ème étape

L’organisme juge s’associe à l’organisme respon­sa­ble afin de mettre au point la méthode d’évaluation des candi­dats et les mesu­res d’assurance de qualité de manière à ce que les normes propo­sées puis­sent être déli­vrées sous forme de quali­fi­ca­tion.

4ème étape

Le NCVQ véri­fie que les quali­fi­ca­tions propo­sées corres­pon­dent à ses critè­res.

5ème étape

Un contrat est conclu entre le NCVQ et un orga­nisme juge afin de mettre la NVQ à la dispo­si­tion du public et de l’ajouter à la base de données du NCVQ.

6ème étape

Chaque NVQ reçoit une accré­di­ta­tion pour une durée de cinq ans maxi­mum. Durant cette période, les orga­nis­mes juges sont inspec­tés par le NCVQ afin de véri­fier que le diplôme déli­vré est conforme aux critère de la NVQ.

7ème étape

L’organisme respon­sa­ble réexa­mine les normes et la struc­ture de la NVQ afin de les mettre à jour.

A la fin de la période assi­gnée, les orga­nis­mes juges soumet­tent une demande de ré-accré­di­ta­tion pour la NVQ. Le NCVQ passe en revue la perfor­mance de l’organisme et, avant de renou­ve­ler son contrat, véri­fie que les normes mises à jour par l’organisme respon­sa­ble sont adop­tées.

1.4. Evaluation et vérification dans le système NVQ

L’évaluation dans le cadre des NVQ doit être solide et fiable afin de faire en sorte que la norme natio­nale puisse être obte­nue au travail. Pour cela, il faut :

  • exami­ner les rensei­gne­ments rassem­blés sur les résul­tats de l’individu dans la décla­ra­tion de compé­tence,
  • en se basant sur une spéci­fi­ca­tion de la forme et de la qualité des résul­tats exigés pour chaque élément de compé­tence conve­nue entre l’organisme respon­sa­ble et l’organisme juge.

Le contrôle continu revêt une impor­tance toute parti­cu­lière, et les candi­dats se voient donner toutes les occa­sions de prou­ver leur compé­tence. La perfor­mance doit être évaluée dans des condi­tions de travail réalis­tes, mais les connais­san­ces et la compré­hen­sion peuvent être contrô­lées sépa­ré­ment. Dans la prati­que, une variété de métho­des de contrôle est utili­sée, et l’expérience anté­rieure d’un indi­vidu peut égale­ment être prise en compte.

L’évaluation dans le cadre des NVQ a lieu sous les auspi­ces d’assess­ment centers (centres d’évaluation) approu­vés par l’organisme juge corres­pon­dant et se confor­mant au contrôle de qualité externe de cet orga­nisme. Les centres sont géné­ra­le­ment des établis­se­ments d’enseignement, des orga­nis­mes de forma­tion ou des employeurs faisant appel à des ensei­gnants, des forma­teurs, des super­vi­seurs ou des cadres en tant qu’examinateurs. Pour garan­tir l’uniformité de la qualité, il est demandé aux centres d’opérer un système de véri­fi­ca­tion interne, et ils sont eux-mêmes soumis à un contrôle externe par l’organisme juge, sous la forme d’inspections pério­di­ques, de prélè­ve­ments d’échantillons et d’entretiens avec les exami­na­teurs et les candi­dats.

Processus d'évaluation

Did you find apk for android ? You can find new Free Android Games and apps.

Ceci peut aussi vous intéresser

Share This
Free WordPress Themes, Free Android Games