Derrière les étals, le métier de pois­son­nier n’at­tire plus et les clients sont moins nombreux. Pour tenir, la profes­sion doit se diver­si­fier. Article origi­nal