Pour la première fois, la plate-forme améri­caine a été condam­née à la suite d’une plainte d’un proprié­taire pari­sien dont le loca­taire avait perçu 50 000 euros pour des sous-loca­tions étalées entre mars 2016 et septembre 2017. Article origi­nal


Ceci peut aussi vous intéresser

Share This