L’attrait de certaines appli­ca­tions numé­riques s’avère destruc­teur. Il contri­bue à abêtir les utili­sa­teurs et à dégra­der la produc­ti­vité, explique Annie Kahn, chro­ni­queuse au « Monde ». Article origi­nal


Ceci peut aussi vous intéresser

Share This