L’association de défense de consom­ma­teurs CLCV dénonce les “viola­tions répé­tées du dispo­si­tif” qui “ne sont plus tolé­rables” et doivent “être sanc­tion­nées”. Article original

Share This