Le juriste Dominique Schmidt, dans une tribune au « Monde », émet des doutes sur la faisa­bi­lité juri­dique d’une prise en compte de « l’intérêt géné­ral » dans le statut des socié­tés, où les parties prenantes pour­suivent des buts diver­gents. Article origi­nal


Ceci peut aussi vous intéresser

Share This