Si l’Etat peut faire beau­coup pour augmen­ter la rému­né­ra­tion des métiers fémi­ni­sés et à temps partiel, c’est aux entre­prises de corri­ger leurs pratiques de mana­ge­ment et de gestion de carrière, explique dans une tribune au « Monde » Antoine de Gabrielli, diri­geant d’un orga­nisme de forma­tion. Article origi­nal


Ceci peut aussi vous intéresser

Share This