Les sala­riés japo­nais ne béné­fi­cient pas des résul­tats finan­ciers excep­tion­nels de leurs entre­prises, explique dans sa chro­nique, Philippe Escande, édito­ria­liste écono­mique au « Monde ». Article origi­nal


Ceci peut aussi vous intéresser

Share This