La mauvaise récolte de 2016, en quan­tité et en qualité, a calmé les ardeurs d’achats des céréa­liers. Article origi­nal


Ceci peut aussi vous intéresser

Share This