Ubisoft et le syndi­cat des éditeurs améri­cains mettent en avant la capa­cité du secteur à s’autoréguler, alors que ces conte­nus aléa­toires payants ont fait polé­mique en 2017. Article origi­nal


Ceci peut aussi vous intéresser

Share This