Le « statut » de la SNCF ne l’empêche pas de se sépa­rer de ses sala­riés, ni plus ni moins que toute entre­prise, explique, dans une tribune au « Monde », le juriste Vincent Bonnin. Article origi­nal


Ceci peut aussi vous intéresser

Share This