Pour sauver son indé­pen­dance, Ubisoft a mis le doigt dans la gueule d’un dragon bien plus puis­sant que Vivendi, observe l’éditorialiste écono­mique du « Monde » Philippe Escande. Article origi­nal


Ceci peut aussi vous intéresser

Share This